|

16 juillet, 2021     8 min

Comment l’alliance de la science et de la technologie permet de répondre aux enjeux du secteur mode en matière environnementale?

Cet article est le deuxième d’une série spéciale Mode et textile – Vers un modèle éco-responsable. Vous aviez manqué le premier? Lisez Comment Centric Software et ses clients avancent ensemble sur le chantier de l’éco-responsabilité

Le secteur de la mode et du luxe montre de plus en plus sa volonté d’agir pour l’éco-responsabilité. Mais agir sur quoi, dans quel ordre et sur quelles bases, dans un marché regorgeant d’indicateurs mais souvent encore trop focalisé sur un seul : l’empreinte carbone. Et comment avancer suffisamment vite pour se préparer aux réglementations qui vont, de fait, exiger des entreprises qu’elles changent ?
C’est pour répondre à ces enjeux que Valérie Tiersen a fondé la start-up Green Score Capital, désormais partenaire de Centric Software. À son retour du Salon Vivatech, nous lui avons demandé de partager sa vision et de nous expliquer en quoi l’alliance du PLM de Centric Software et de Footprint Target, le logiciel de Green Score Capital, peut changer la donne.

Vous venez à l’origine du monde de la banque et de la finance. Comment êtes-vous passée de cet univers, à la création d’une start-up dédiée à la transition écologique?

Le déclic est venu de mon expérience chez 3 Suisses International, où je suis entrée en 2009 pour travailler sur la refonte de la stratégie de marque, notamment.

Le groupe était pionnier en matière de développement durable. Le sujet était inscrit dans sa stratégie dès le début des années 90.

J’ai été fortement marquée par cet héritage et j’ai voulu trouver des solutions pour faciliter la transition écologique dans les entreprises. Les aider à appréhender cette matière extrêmement complexe qu’est l’environnement, où tout est interdépendant.

La suite a été une histoire de rencontres. D’abord, avec des entrepreneurs, des Directeurs RSE, pour bien comprendre leurs difficultés et leurs enjeux.
Puis avec des scientifiques (chercheurs, docteurs aux compétences pluridisciplinaires : chimie, pollution de l’atmosphère, climat, agronomie, biodiversité…), pour mettre en place une méthodologie robuste, qui permette, à partir des données présentes dans une entreprise, d’embrasser l’ensemble de ses impacts environnementaux. 

Le cœur de votre solution est un logiciel de mesure de l’impact environnemental appelé Footprint Target. Comment fonctionne-t-il et quel est son intérêt?

C’est la première solution de mesure holistique et sur-mesure qui combine les données internes d’une entreprise à des données externes liées aux 5 grandes familles de menaces environnementales (changement climatique, pollution et déchets, surexploitation des ressources, dégradation des habitats naturels, espèces invasives et maladies) pour établir des « scores d’impact environnemental » et proposer un plan d’action à 360°.

Côté données externes, nous récupérons des informations satellitaires liées aux précipitations, à l’utilisation de la terre, au rendement, etc., grâce notamment à notre partenariat avec l’Agence spatiale européenne.

Nous utilisons aussi d’autres types de données de nature variée comme des facteurs d’émissions de gaz à effet de serre en fonction des mix énergétiques des différents pays, des données sur les pratiques agricoles (pesticides, fertilisants ..) ou encore par exemple des informations sur le traitement des déchets et des eaux usées dans les différents pays du monde.

Nos algorithmes scientifiques traitent et croisent ces informations avec les données provenant de l’entreprise (matières premières, transport, sourcing…) pour établir ses scores et lui proposer des recommandations.
L’un des intérêts de l’outil, c’est qu’il prend en compte l’intégralité de l’impact environnemental, avec à la clé des solutions actionnables.
Aujourd’hui, on se focalise encore trop sur l’empreinte carbone. C’est très bien, mais cela peut conduire à de vraies mauvaises décisions.

D’où est venue l’idée d’un partenariat avec Centric Software?

Tout est parti d’un client commun : Gilclaude (NDLR : fabricant de textiles basé à Marseille), notre première entreprise-pilote.

J’ai proposé au groupe, qui était en train d’implémenter Centric PLM au sein de son système d’informations, de présenter à Centric Software les premiers résultats de notre collaboration et l’étendue de ce que Green Score Capital pouvait faire.

Pour être efficace, notre outil doit se connecter au bon système d’information. Nous savions que la plateforme PLM de Centric Software pouvait nourrir notre outil et nos algorithmes avec des données essentielles.

De son côté, Centric Software a vite compris la valeur ajoutée que Green Score Capital pouvait apporter à ses clients de la mode et du luxe face aux enjeux (notamment réglementaires) qui attendent le secteur en matière d’éco-responsabilité.

Concrètement, comment votre solution Footprint Target interagit-elle avec le PLM de Centric Software?

Nous récupérons depuis Centric 8 des informations internes à l’entreprise (typologie de matières, poids, provenance, transport, assemblage, ennoblissement…), que nous croisons avec nos données externes pour calculer des scores.

Ces scores reflètent les impacts de l’entreprise sur les 5 grandes menaces citées précédemment, pesant sur la biodiversité.

Prenons l’exemple d’une matière première. Le fait de connaître son poids, son fournisseur et comment elle est transportée peut paraître insignifiant. Mais nous allons en tirer énormément d’enseignements.

Admettons que le PLM nous indique qu’un coton provient d’Inde. Nous allons mettre cette information de sourcing en relation avec nos propres données (les précipitations tombées sur la zone, le stress hydrique du pays, ses pratiques agricoles, etc.) et pouvoir scorer les impacts environnementaux associés.

Par exemple, nous allons aussi pouvoir calculer l’impact de ce sourcing sur la dégradation des habitats naturels, la surexploitation des ressources et la pollution. Selon que vous cultivez un coton en Inde ou en Turquie, par exemple, vous n’utilisez pas les mêmes quantités d’eau, de pesticides et de fertilisants, la fragilité de la biodiversité n’est pas la même, etc.

Autre information essentielle : le mode de transport. Si le PLM nous indique qu’il se fait par bateau, nous allons pouvoir calculer, grâce à notre connaissance des routes maritimes et via les données satellitaires, l’impact de ce choix sur le risque d’introduction d’espèces invasives, une menace très peu mesurée aujourd’hui, à l’origine de la destruction d’écosystèmes locaux entiers.

En combinant nos deux solutions, nous offrons aux entreprises une mesure de leur impact à tous les niveaux, et pas seulement leur empreinte carbone.

Quelles informations exploitables puis-je tirer de ces analyses, en tant que client?

Au premier coup d’œil, vous savez quels sont vos plus gros impacts : est-ce le changement climatique? La pollution? La dégradation des habitats? La surexploitation des ressources? Les espèces invasives?

Mais l’apport va plus loin que le scoring. Ce qui est important pour nous, c’est aussi que le client puisse comprendre pourquoi son score est à ce niveau.

Il peut donc descendre dans chacun de ses scores, et découvrir par exemple que sa surconsommation d’eau provient surtout de telle matière première, cultivée dans tel pays. Ou encore que ses émissions de gaz à effet de serre sont principalement liées à l’étape de production des matières premières, et pas tellement à l’étape d’ennoblissement.

Le client peut obtenir une vision de ses impacts par produit, par saison, par famille de produit mais aussi aborder son impact sous l’angle du process, à différents niveaux de l’entreprise, pour que chacun ait son terrain de jeu : le score de la Direction achats, de la Direction fabrication, de la Logistique, etc.

On peut proposer tout type de lecture, et cette fluidité permet de s’adapter à chaque type d’entreprise quel que soit sa taille, son activité ou ses impératifs.

L’entreprise va aussi obtenir des recommandations concrètes en plus du scoring, c’est bien ça?

Oui. Nos analyses fournissent un point de départ, qui permet d’avoir une visibilité sur l’état d’avancement et d’établir des recommandations sur-mesure.

L’outil va proposer toute une liste d’actions, classables selon les besoins (les plus vertueuses, les plus économiques, etc.). L’entreprise peut simuler les résultats des différentes solutions envisagées, tout en évaluant leur impact financier. Par exemple, combien coûterait le passage d’un coton traditionnel à un coton biologique ?

Cela permet à chaque entreprise d’échelonner ses actions et d’avancer selon ses moyens et ses objectifs financiers. « Si je veux mettre ceci en place demain, comment faire et à quelle vitesse ? ».

Côté réglementation, qu’est-ce que l’association des solutions de Green Score Capital et de Centric Sofware peut apporter aux marques et au fabricants de mode?

Le futur cadre règlementaire européen du Product Environmental Footprint, le fameux P.E.F, prévoit d’ici à deux ans la mise en place de 14 indicateurs différents, de l’utilisation de la terre, aux impacts toxiques, en passant par la dégradation des habitats.

Il est prévu que les choses se fassent par étape, mais on sait que se préparer à ce nouveau cadre va être très compliqué pour les entreprises, si elles n’ont pas un minimum de méthodologie scientifique derrière elles.

Avec notre méthodologie et ce partenariat, nous avons un temps d’avance pour les aider à aborder tout cela.

Vous revenez du Salon Vivatech, où la question de l’éco-responsabilité était bien présente. Selon vous, quel est le degré de maturité de la mode et du textile face à cette question, et quels enjeux attendent le secteur?

Aujourd’hui, je ne vois pas un seul retailer dans le textile qui ne se penche pas sur le sujet de l’environnement.

Clairement, pour moi, les acteurs de la mode avancent. Et la crise n’a pas du tout ralenti les choses, bien au contraire. Je pense que le secteur a bien compris qu’il y avait une vraie attente au niveau du marché et des consommateurs, et qu’agir pouvait l’aider à remonter la pente face à la crise.

Ce qui me frappe aussi, c’est que la question de la biodiversité est en train d’arriver comme une espèce de météorite. Récemment, l’IPCC, le panel intergouvernemental sur le climat, a sorti un rapport avec l’IPBES, le panel intergouvernemental sur la biodiversité, disant, en résumé : « Arrêtons de considérer les choses uniquement sous l’angle du carbone, parce que nous sommesen train de prendre de mauvaises décisions ».

Si nous replantons des arbres, par exemple, et qu’il s’agit d’une seule et même espèce d’arbre, cela est très dommageable pour la biodiversité. Si nous misons sur les véhicules électriques, mais que pour cela, nous allons extraire du cuivre dans des mines à ciel ouvert ultra-polluantes qui exigent 2000 litres d’eau par seconde dans une zone où il n’a pas plu depuis plus de 500 ans, même chose.

Il faut vraiment aborder le sujet dans son ensemble, voir comment améliorer tous les indicateurs liés à la préservation de la biodiversité, et agir sur les 5 causes de son extinction parce que si un seul de ces piliers est en péril, c’est la vie humaine qui est menacée.

Pour conclure, quels sont vos objectifs à 5 ans?

Ça peut paraître très ambitieux, mais je pense que nous serons les leaders des software d’évaluation environnementale d’ici 5 ans. Parce que nous avons vraiment un temps d’avance sur la façon d’aborder cette question de la biodiversité, parce que notre objectif est d’intégrer tous les impacts et que notre solution est un facilitateur pour l’entreprise. C’est ce dont les entreprises ont besoin aujourd’hui, parce que le sujet est compliqué pour elles.

Notre vision, c’est de construire un monde plus écologique en vulgarisant la science à destination du plus grand nombre. Et pour l’instant nous sommes les seuls à le faire de façon aussi holistique.

À venir sur le blog : le retour d’expérience du groupe  Gilclaude, premier client Centric Software à expérimenter ce partenariat avec Green Score Capital

Ce sujet vous intéresse?

Remplissez le formulaire ci-contre et recevez dès leur publication les prochains articles de la série “Mode et textile – vers un modèle éco-responsable”.

Inscrivez-vous !