Sign In         |

   |

X

Secure Customer Login

Forgot your password?
1
13 septembre, 2019     6 min

Vous pensez qu’il est temps de mettre de l’ordre chez vous ? 11 signes du chaos qui règne dans les données de votre marque d’accessoires de décoration et d’ameublement.

Dans le secteur des accessoires de décoration et de l’ameublement, les marques sont soumises aux mêmes pressions que leurs homologues de la mode et de l’habillement. Pour résister à la concurrence, elles doivent mettre sur le marché des produits tendance toujours plus diversifiés, via davantage de canaux et à vitesse grand V.

Dans ces conditions, comment font les marques du secteur des accessoires de décoration et de l’ameublement pour s’assurer de mettre sur le marché des produits rapides à écouler et maîtriser la complexité accrue à chaque étape du cycle de vie du produit ? Nombre d’entre elles ont recours aux solutions innovantes de gestion du cycle de vie du produit (PLM) de Centric Software conçues pour le secteur des accessoires de décoration. Celles-ci leur permettent de réunir l’ensemble de leurs données produit au sein d’une plateforme digitale unique, transversale, accessible à tout instant et en tout lieu.

Voici onze signes qui ne trompent pas : pour rester dans la course, vous avez besoin de dompter vos données rebelles au moyen de solutions PLM conçues pour le secteur des accessoires de décoration et de l’ameublement.

1. Encore un e-mail impossible à trouver.

Vous savez, le fameux e-mail que vous a envoyé un fournisseur la semaine dernière à propos de la disponibilité du cuir. Comment s’appelait votre interlocuteur, déjà ? Daniel ? Denis ? Vous lancez une recherche… En vain. Bon, vous passez en revue les centaines d’e‑mails de la semaine dernière. Était-ce mercredi dernier ? Signe indiscutable d’une gestion des informations problématique : quand vous ouvrez votre messagerie, vous avez l’impression de patauger dans un profond marécage. C’est une évidence, il est temps de changer !

2. Vous êtes en compétition pour la palme d’or annuelle du copier-coller !

Eh, arrêtez-vous un moment ! C’est bien vous qui pensiez que travailler dans le secteur des accessoires de décoration et de l’ameublement était amusant et stimulant ? Or, à l’heure actuelle, vous pourriez ajouter « Expert en copier-coller » dans votre CV. Et le souci avec la saisie manuelle, c’est qu’en plus d’être répétitive, elle exige de la concentration… Sans quoi, cette minuscule erreur de copier‑coller pourrait entraîner de gros problèmes lorsque l’équipe en charge de l’approvisionnement s’apercevra que vous avez commandé une finition étain au lieu de chrome pour ce set d’accessoires de bureau. Oups…

3. Comment modifier cette commande ?

D’habitude, vous voyez Sandrine remplir des formulaires de commande assortis d’UGS, mais elle est absente cette semaine. Alors, vous vous précipitez dans le bureau de son assistant en croisant les doigts pour qu’il connaisse l’astuce de Sandrine. Ah, elle ne lui a jamais montré comment faire ? Si les informations sont inaccessibles au point que vos collègues sont les seuls à en avoir connaissance ou qu’elles sont griffonnées sur un bloc-notes rangé au fond d’un tiroir au lieu d’être consignées dans un système centralisé, vous ne pourrez éviter le travail à moitié fait, les retards et les erreurs !

4. Les feuilles de calcul vous donnent le vertige ? Vous aimeriez changer de lunettes ?

Vous faites des cauchemars : vous êtes assailli de nuées de petites cases vertes, ou perdu dans un labyrinthe de lignes et de colonnes ? Vous n’en êtes peut-être pas à ce stade, mais des entreprises comme la vôtre se retrouvent souvent avec des centaines de tableurs différents à chaque saison, et plusieurs collections en développement en parallèle. Lequel est le plus à jour ? Lequel contient les informations exactes sur les coûts ? Si vous vivez dans l’enfer des tableurs, rechercher l’information adéquate parmi une multitude de documents est un défi que vous connaissez bien… En espérant que personne ne l’aura modifiée entre-temps.

5. Votre routine vous démoralise.

Votre point fort, c’est de passer des heures à concevoir méticuleusement des accessoires de décoration et des meubles pour aménager et mettre en scène une pièce. Mais comment faire lorsque la finition ou le tissu change en raison du coût ou de la disponibilité chez le fournisseur et que tel article qui ne convient plus à telle collection, est affecté à une autre ou simplement supprimé ? Comment faire lorsqu’en une année, vous développez des centaines, voire des milliers de produits déclinés en divers modèles, couleurs ou finitions et que vous devez suivre l’ensemble des modifications ? Vous passez des heures à agencer et combiner sans fin ces éléments avec le sentiment que vous ne parviendrez jamais au but.

6. Vos données produit n’ont pas d’emplacement fixe.

Vous êtes à votre bureau, harcelé d’e-mails concernant ce rapport que vous deviez envoyer hier, et vous vous dites que tout serait tellement plus simple si l’équipe de logistique vous envoyait immédiatement les coûts d’expédition. Quel dommage que vos collègues gardent toutes leurs données dans leurs propres systèmes hors ligne… Vous n’avez plus qu’à attendre que l’un d’eux ait le temps de vérifier et de vous envoyer les informations. Quand les données sont éparses, stockées dans différents silos, en ligne et hors ligne, elles restent bloquées dans des goulets d’étranglement et vous n’avez aucune prise. Quoi de plus agaçant ?

7. Le convertisseur de devises Google est votre nouveau meilleur ami.

Calculer le coût des produits avec des matières provenant de Thaïlande, d’Italie, de Chine et destinées à vos magasins à Seattle, à Manchester, au Cap, à Tokyo en plus vos divers canaux d’e-commerce vous oblige à naviguer entre dix fenêtres sur votre écran et sur au moins autant de feuilles de calcul pour tout présenter en dollars américains. Est-ce le baht en Thaïlande et le won en Chine ou l’inverse ? Non, le won, c’est en Corée. La Turquie utilise-t-elle l’euro ? Calculer les coûts et les prix à la main et réaliser le suivi dans des feuilles de calcul qui seront obsolètes dès demain est un processus long et fastidieux… Bref, pénible et stressant.

8. Réunions, réunions, toujours des réunions… Nooon, encore une réunion ?!

Des réunions sur le tableur le plus à jour… Des réunions sur la réunion pour les collaborateurs qui n’ont pas pu assister à la grosse réunion… S’il y a une chose que tous veulent éviter à tout prix, c’est bien la multiplication des réunions ! Mais impossible d’y échapper quand plus personne ne sait si la version 6 ou 7 s’applique et que chacun campe sur sa propre version des faits, convaincu qu’elle est la plus légitime… Mais enfouie quelque part dans son arborescence. Un agenda plein à craquer de réunions est un signe révélateur : vous êtes en train de capituler face au raz-de-marée des données.

9. Vous ressemblez à un figurant du dernier blockbuster de zombies.

Si vous rentrez du travail épuisé, stressé et abattu, vous êtes peut-être victime d’une surcharge de données. Vous passez vos journées à fouiller dans les tableurs et les e-mails à la recherche de cette précieuse information dont vous avez besoin, et à harceler vos collègues pour obtenir les dernières données à jour alors que vous savez pertinemment qu’ils travaillent aussi d’arrache-pied. Rien d’étonnant à votre épuisement ! Pour votre bien-être au travail, reprendre le contrôle de vos données est votre meilleure option.

10. Les candidats sont difficiles à hameçonner.

C’est une scène que vous avez déjà vécue… Un jeune designer doté d’un formidable talent artistique s’apprête à refuser le contrat pour ce poste que vous devez absolument pourvoir. Vous savez qu’il s’intégrera parfaitement à votre équipe de conception… Mais vos espoirs tombent à l’eau lorsqu’il rencontre l’équipe juste avant de signer le contrat. Il décline votre offre arguant qu’il préfère travailler pour votre concurrent : passer ses journées à traquer les données et éplucher des feuilles de calcul au lieu de stimuler sa créativité ne correspond pas à ses attentes. Vos espoirs de recruteur se brisent : un candidat quitte à nouveau le navire pour des océans de données plus calmes.

11. Toc, toc, toc ! Y a-t-il quelqu’un ?

Ce type des approvisionnements ! Il n’envoie jamais à temps les informations que vous avez réclamées et vous commencez sérieusement à vous demander si votre adresse e-mail fonctionne ! Vous n’êtes certainement pas le seul à avoir des problèmes de communication avec vos collègues… Et c’est peut-être réciproque. Vous savez que tout le monde fait de son mieux au travail, mais devoir aller à la pêche aux informations et prendre du retard sur vos objectifs va finir par vous mettre en mauvaise posture. Pour vous rassurer, vous vous dites que vous et vos collègues êtes dans le même bateau et que vous essayez de ramer dans le même sens… En espérant que le bateau n’est pas en train de couler !

Vous souhaitez en savoir plus ? Pour découvrir comment les solutions PLM de Centric Software conçues pour le secteur des accessoires de décoration et de l’ameublement vous sortiront de l’enfer des données, cliquez sur le lien suivant et demandez une démo.

Share this article